À la tête de son trio, Pascal Mohy trouve avec aisance l’équilibre entre la tradition et le modernisme. Les standards s’enlacent avec évidence autour des compositions personnelles. Et inversement. Pascal Mohy a le physique de sa musique. Une certaine nonchalance dans le geste et dans l’attitude. Un certain romantisme dans le regard et une pointe d’ironie dans le sourire. Tantôt mélancolique, tantôt joyeux, tantôt retenu, tantôt explosif. Pascal Mohy esquisse les humeurs, dessine les idées, colorie les sentiments.

Texte © Jazzques